Face à l'enfant tyrannique: sa fessée ou s’affaisser?

20% de parents ultra-laxistes en France?

21 mai 2011
Par

Voici le dernier clip tétanisant de la Fondation pour l’enfant-roi l’enfance d’une campagne TV et web dans un but déclaré de “prévention contre les violences éducatives ordinaires”:


A première vue, une petite fille qui a pour seul tort une petite maladresse. Et la gifle cinglante (allumez les haut-parleurs de votre Home Cinema pour un son stéréo dans différents coins de la pièce) précédée d’une stressante rodomontade de la mère, a tous les aspects d’une violence gratuite et inacceptable. Car c’en est une.

Tout autant inacceptable que cette volonté de criminaliser toute possibilité de recours à la gifle par l’amalgame et la démonstration par l’excès. Qui d’entre nous n’a jamais reçu de légère correction et s’en souvient comme d’un salutaire rappel à l’ordre? Peut-on assimiler cela -comme le suggère dans une malhonnêteté peu flatteuse le slogan du clip- au calvaire vécu par les enfants battus?

Soyons bien d’accords et dissipons tout malentendu, la gifle et la fessée doivent conserver un caractère exceptionnel, et exister surtout dans les peurs des enfants potentiellement tyranniques.

Voici un article intéressant évoquant ce qui s’avère comme le début éventuel d’une criminalisation à venir du rôle parental, déjà bien bafoué.

 

 

Sa fessée ou s'affaisser...
Doit-on interdire tout recours à la gifle ou la fessée de le part des parents à leurs enfants?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Tags: , , ,

Comments are closed.