La bonne blague

Ayrault ou le héraut complexé de l’Europe post-nationale

18 décembre 2012
Par

Ayant clapoté mes premiers pas de ptit quinquin en Kway sur le sol mouillé du Nord, je ne peux m’em­pêcher d’em­brayer ce bref post d’une petite blague belge remise au goût du jour –sans malmener nos amis d’outre-Quiévrain dont on appréciera le sens de l’autodérision.

Alors les aminches, qu’est-ce qui est plus con qu’un Belge une fois ?

Un politicien tartuffe ! Voilà que nos gouvernementeux encartés en rose pestent contre cette Europe libérale là, qu’ils ont pourtant œuvré contre vents et marées à nous vendre –et au besoin à nous imposer. Quand le héraut de la politique gouvernementale se frite avec le comédien néo-Belge le plus médiatique (Depardieu), lui reprochant au fond d’appliquer une idée socialiste, c’est un peu le chou de Bruxelles qui se fout de la carbonnade flamande -comme le souligne cet article glâné sur le site Causeur.fr.

De Mitterrand à Hollande, l’Europe prend forme dans un moule technocrate et spéculatif, tandis que les souverainetés nationales s’effritent.

Sans juger ici in extenso l’exil fiscal de notre poids lourd du cinéma, qui ne fait qu’appliquer à la lettre la vision du monde socialiste internationaliste, on ne peut que lui reconnaître une erreur tactique : il a omis de prendre sa carte au parti.

Tags: , ,

2 réponses à Ayrault ou le héraut complexé de l’Europe post-nationale

  1. Marcoroz le 27 décembre 2012 à 22 h 50 min

    Excellente remarque. Mais la tartuferie des socialistes n’a pas de limite.

    • Benjamin
      Benjamin le 28 décembre 2012 à 10 h 28 min

      Merci! C’est d’ailleurs à cela qu’on les reconnait, pour paraphraser un certain Audiard…