Quand l'âme sœur est... sa propre sœur!

Qui se ressemble s’assemble: bientôt le mariage consanguin pour tous

28 février 2013
Par
Insémination artificielle

Papa, comment on fait un bébé?

Un homme qui épouse sa propre sœur, sans le savoir. Atlantico.fr, citant l’anglophone Slate.com, nous narre aujourd’hui une anecdote d’Outre-Manche qui fleure bon les lendemains cafardeux du “mariage pour tous” (voir plus bas).

Un fait divers en passe en effet de devenir banal, à mesure que vont se généraliser les inséminations par donneur de sperme anonyme. On objectera que de telles méthodes existent déjà pour les couples hétéros. Imaginer une femme ensemencée par un autre que son homme me choque aussi d’ailleurs -sorte d’infidélité planifiée à la limite du viol utérin, mais bon, passons. Statistiquement c’est bien avec les couples homosexuels, dont le choix même de l’incapacité à donner la vie en constitue un élément fondamental, que le besoin sera massif et systématique. Les probabilités d’en arriver là en grimperont d’autant.

Vaticinateur de malheur, j’entrevois déjà l’épisode II de la série. Bientôt, le géniteur X tombera amoureux de sa propre fille procréée anonymement. Oui bon je suis encore romantique là. En fait la réalité risque plutôt de ressembler à ça: papa-branlette saute sur jeunette sans père en boîte de nuit, alcoolisée et à l’affut d’un énième homme censé compenser l’absence d’amour paternel. La boucle est bouclée…

Ce qui nous permet de revenir à nos fraternels tourtereaux (malgré eux). Trouver sa moitié en sa demi-sœur: l’amour consanguin pour tous, c’est maintenant! Entre crochets, je vous laisse apprécier la voix off de votre serviteur.

C’est un cauchemar. Le témoignage est rapporté sur le blog de conseils du site anglophone de Slate. Un homme explique avoir découvert qu’il était marié avec sa sœur, après plusieurs années de mariage et trois enfants.

“Quand ma femme et moi nous sommes rencontrés à l’université, l’attirance fut immédiate et nous sommes rapidement devenus inséparables”, raconte-t-il. Leurs nombre de points communs était surprenant [“tu m’étonnes!”]. Ils se marièrent rapidement après leurs études et eurent trois enfants avant l’âge de 30 ans. Parmi leurs points commun : les époux sont tous les deux nés grâce à un donneur de sperme et une insémination artificielle et ont été élevés par des lesbiennes [“Alors comme ça vous croyez que tout les deux vous n’aviez pas de père mes cocos?”]. A sa majorité, la femme a entrepris des recherches pour retrouver son père biologique, “car elle pensait qu’on trompait nos enfants en n’essayant pas de savoir tout ce qu’on pouvait sur mon passé.”, raconte l’homme. Mais lui était moins curieux.

Tags: ,